Le télétravail ou comment accorder son espace-temps travail et son espace-temps privé

En novembre 2017, une vaste enquête de l’IFOP interrogeait près de 1500 salariés et 400 dirigeants sur leur perception du télétravail.

Du côté des salariés, la première motivation qui en ressortait était la facilité offerte de concilier au mieux temps de travail dû à l’entreprise et vie privée familiale, principalement en optimisant les trajets domicile-entreprise, synonyme de temps disponible récupéré.

En face, du côté des entreprises, les freins identifiés étaient surtout ceux du risque d’isolement relatif du salarié et de la perte de l’esprit d’équipe, mais celles-ci reconnaissaient volontiers dans ce nouveau management, une amélioration des interactions vie professionnelle/vie personnelle des collaborateurs, et donc un gain d’efficacité.

Et qu’en est-il en Bretagne ?

En Bretagne, le télétravail et son pendant le coworking, sont quasi devenus une « marque de fabrique » de la région.

En effet, si ces nouveaux modes de travail se sont bien sûr d’abord développés dans les très grands centres urbains de l’hexagone (Paris, Bordeaux, Lyon…), la région Bretagne est couramment citée comme leader quant au nombre de pratiquants et d’espaces dédiés, bien en avance sur le reste du pays.

On y trouvait en effet, dès 2015, autour d’une trentaine de centres de coworking et de télétravail, soit près de 10% des espaces français !

De plus, particularité générale de l’économie Bretonne, ces centres sont répartis et disséminés sur l’ensemble du territoire et non pas uniquement concentrés dans les deux grands pôles administratifs et économiques que sont Rennes et Nantes.

Ainsi, si Brest, Quimper, Lorient ou Vannes, villes moyennes de la péninsule armoricaine comptent bien sûr leurs espaces de coworking, plus étonnement de petites citées comme Rostrenen, Lannion, Saint-Brieuc, Crozon, Audierne, ne sont pas en reste et leur nombre est en constante progression !

L’économie insulaire s’ouvre à ces nouveaux modes de travail

C’est ainsi que l’île de Groix vient elle aussi de se doter du tout premier tiers-lieu insulaire breton, dans le Morbihan.

A peine ouvert début Juillet 2018, le centre de coworking de l’association INGx compte déjà à mi-août, une dizaine de travailleurs indépendants fréquentant assidûment les lieux. Vacanciers ou résidents principaux, tous y trouvent, au-delà de leurs motivations propres, le calme et la sérénité d’un espace professionnel organisé et favorable à la productivité de chacun.

Bureaux partagés, bureaux individuels ou salles de réunion, l’ensemble de la structure INGx bénéficie d’une connexion internet pro, haut débit, stable et permettant l’envoi de fichiers volumineux desservant l’ensemble du parc informatique privé ou communautaire mis au travail. De plus, mis à disposition des télétravailleurs et coworkers, divers matériels de projection ou de photocopie de qualité professionnelle, leurs permettent d’optimiser le temps productif au mieux et au plus près des lieux de résidences, qu’il soit habituel ou de vacances.

L’île de Groix devient ainsi avec INGx, le premier opérateur du type sur ces espaces insulaires bretons, habituellement réservés aux périodes de congés hâtivement subtilisés au stress de la vie citadine.

Espace familial et espace professionnel sont ainsi harmonisés, au plus grand profit d’une vie épanouie dans un cadre exceptionnel alliant la mer et la campagne.

Désormais, à Groix avec INGx, la plage est au bout de la rue… Du bureau !

Catégories : Coworking